LE DEVOIR - Montréal - 4 mars 2014

 

Philippe Cassard est un immense pianiste
et un grand penseur de la musique

Il ne m'a fallu que quelques mélodies pour me concentrer sur la grandeur de ce qui émanait du piano : l'enchaînement sur la résonance de Liebst du um Schönheit et Geheimes Flüstern de Clara Schumann,
le Lerchengesang de Brahms joué comme sur un nuage, la fin rêvée de L'invitation au voyage de Duparc,
le début sorti de nulle part de Wasserrose de Strauss, la félinité de Mandoline de Fauré, les ombres dessinées de Fleurs de Poulenc. Tout cela était absolument extraordinaire.

 
ATYPI COMMUNICATION © 2016 - Tous droits reservés